Une semaine sexe à Tenerife

On connaît les ambiances méditerranéennes durant la période estivale. Topless, bikini et autres cambrures incendiaires font le bonheur de tous les vendeurs de glaces et de pop-corn. Parmi les destinations à la mode, nous avons bien entendu Ibiza, l’île de la nuit et de la luxure. Cependant, aujourd’hui nous allons rejoindre le tropique du cancer pour vous faire découvrir Tenerife.

Les Iles Canaries sont au nombre de sept, regroupées dans un archipel à forte activité volcanique. L’île la plus connue est Tenerife mais Las Palmas est également très réputée. Bondée de touristes, de casino et portant la jeunesse européenne dans ses nuits, voilà une destination à la mode. Pour cela, nous allons vous proposer un itinéraire balisé, un cheminement très « hot ».

Le premier jour, vous allez atterrir au sud de l’île, dans un petit aéroport sans prétention. Le sud de l’île est très touristique, c’est là que se trouve la plage de « Las Americas » où vous pourrez exhiber votre ceinture abdominale. C’est également à cet endroit que vous pourrez vous ambiancer dans les nombreuses discothèques à ciel ouvert ou sur les nombreux bateaux qui ont jeté l’ancre à quelques pas du rivage. Le soleil, l’alcool et les anglaises déjantées feront le nécessaire pour que votre début de séjour se déroule sous les meilleurs auspices. Si vous êtes bon et actif socialement, vous pourrez vous trouver une britannique pour une session de sexe sans romance. Vous pouvez consulter notre précédent article sur « le sexe à la plage », très enrichissant à ce propos. On a souvent tendance à minimiser l’impact symbolique et ergonomique du sable sur les relations éphémères. Dans la plupart des cas, vous ne ferez bien sûr que mater, misère du désir…

Une fois la première soirée et votre première pénétration vaginale actée (ou fantasmée), il est quand même venu le moment de visiter le reste de l’île. Pas pour le plaisir mais pour l’image évidemment, c’est mieux de visiter un peu que de se faire toutes les rouquines européennes présentes au Sud. De surcroît, cela rend plus désirable sur du moyen terme.

Vous vous dirigez donc en direction de Vilaflor, village le plus haut de l’île à quelques kilomètres du lieu de tournage d’une scène de Star Wars. Méfiez-vous des randonneurs, ils sont nombreux et certains d’entre eux utilisent des procédés scabreux pour embellir leur séjour : fellation sauvage, cunnilingus improvisé dans le monde de la Princesse Leila ou encore confrérie de pervers voyeurs qui rôdent dans les montagnes du mont Teide.

Allez-y, montez jusqu’au sommet, vous y rencontrerez tous les trombidions du Sud de l’île, parti en excursion hors de prix. Avec un peu de chance, vous pourrez toucher du sein ou de la vulve dans le téléphérique…le privilège de la promiscuité ! Qui s’y frotte s’y nique ! Ensuite, vous arrivez en haut et si l’après-midi est vraiment parfaite, certaines filles auront la chance de s’évanouir (on est à 3500 mètres) ce qui vous laissera le champ libre pour vos desseins machiavéliques. Des idées ? Même pas des esquisses ?

Reprenez ensuite la route vers le Nord, environ une heure de route pour profiter des paysages et de votre moitié pour vous rendre à Santa Cruz. Cette ville, au nom épiscopal, est loin d’être le centre du vertueux et une ode à la chasteté. Après un peu de parapente, de plongée sous-marine ou de jet ski, vous reprendrez le chemin de certaines plages branchées où les belles allemandes vous attendent. On pourrait penser que les allemandes sont plus « dures », genres maîtresses BDSM, autoritaires et dominatrices.En fait, c’est un leurre, il s’agit d’une vision tronquée de l’allemande, du fait de la structure de sa langue maternelle, moins suave que ses voisines françaises et espagnoles. Donc n’hésitez pas, foncez sur les allemandes sans crainte de la cravache ou des gages imposés plus ou moins sinueux.

C’est quand même quelque chose les allemandes en vacances ! Elles sont relativement bronzées, élancées, oligocéphales, blondes aux yeux bleus, l’angoisse aryenne à la portée des chacals ! Forcément, pour un français, petit trapu râleur, c’est tout de même une belle revanche de s’envoyer en l’air avec ce type de créature.

Après Santa Cruz, foncez vers la forêt du nord, vous y rencontrerez des randonneurs, des cougars en pleine crise de la quarantaine, mariée quatre fois, le bordel à ciel ouvert si vous regardez bien. On vous donnera des indications sur l’âge des plantes, sur les secrets de cette faune magique sortie droit d’une légende arthurienne, etc..mais si vous sortez des sentiers battus, vous ne serez pas déçu. Un repère à bobos nudiste en quête de naturel. L’orgie romaine ! La débauche des elfes ! La boîte de Pandore…

Continuez à longer la côte nord et foncez sur Oratova, oasis touristique dans un décor volcanique. La gabegie dans le domaine des dieux ! Vous pourrez vous goinfrer des buffets en toute impunité ! De la crème partout ! Du lubrifiant urbi et orbi !

Enfin, vous finirez par les falaises géantes de l’ouest de l’île, parfaite pour une séance de photographie érotique. La grâce de la femme associée à la puissance de la nature, le « là depuis toujours » qui met en relief la beauté de l’éphémère, l’éclosion d’un désir voire d’un amour sur le tableau de l’éternel. A quelques pas de là, l’un des plus beaux villages du monde : Masca, où vous pourrez vous cacher dans ses falaises et ses canyons pour passer un week-end romantique, un séjour en amoureux. Les vrais amoureux ! Ceux qui ne sont pas dans les lieux à la mode, qui s’écartent un peu du sentier pour mieux cracher dessus. Bref, les romantiques, ceux qui osent encore essayer d’échapper au réel.

Voilà, espérons que vous ayez apprécié ce petit tour de l’île un peu spécial. C’est tout de même mieux que céder aux sirènes tchèques vous promettant monts et merveilles d’un Prague passionné. Faut bien faire tourner la boutique !